fausses couches spontanées répétées (FCSR)

Publié le par sayuri71

définition

on parle de fausses couches spontanées répétées (FCSR) lorsqu'on a atteint 3 fausses couches ou plus, que ce soit primaire ou secondaire (ie après une ou plusieurs grossesses). il faut également noter que plus on fait de fausses couches, plus le risque futur de fausses couches augmente.

étiologie

lorsqu'on constate des FCSR, il faut en rechercher la ou les causes pour pouvoir les maitriser ou les abolir et permettre au couple de mener à terme une grossesse. ainsi, un interrogatoire minutieux ainsi qu'un bilan étiologique sera mis en place.

interrogatoire

- origine génétique : rechercher maladie génétique dans la famille de chaque membre du couple. si présence ou même absence de maladie, faire un caryotype des parents. en effet, lorsqu'il existe une anomalie génétique grave, dans la plupart des cas, la nature fait en sorte que la grossesse s'arrête le plus tôt possible. cette anomalie, si dûe à une mutation "de novo", ne se renouvellera pas, ce qui est de bon pronostic pour les parents.

- origine maternelle : notamment des malformations utérines. il faut essayer de retrouver une prise de distilbène par la mère de la patiente. ce médicament, largement prescrit dans les années 40 à 80, pour prévenir justement le risque de fausses couches, entrainait chez les futures filles à naitre, entre autre, des malformations utérines ainsi que des cas de stérilité et des cancers du col. mais on peut aussi avoir à faire à des malformations congénitales. dans les 2 cas, cela empêcherait la nidation correcte de l'oeuf. enfin, on peut également retrouver des atteintes acquises telles que des synéchies (parois de l'utérus accolées) ou des fibromes. dans ces cas, on doit faire une investigation par échographie pelvienne, puis hystérographie ou hystéroscopie.

- origine auto-immune : des maladies auto-immunes telles que le lupus ou le syndrome des antiphospholipides, sont à risque de fausses couches. si la maladie est méconnue, on fait un bilan sanguin pour rechercher des anticorps caractéristiques de ses pathologies (anti-DNA natif / anticorps anticardiolipines / anticorps anticoagulant circulant lupique)

- origine endocrinienne : la dysthiroïdie et le diabète sont des pathologies pouvant augmenter le facteur de risque de FCS. pour les dépister, il est nécessaire de faire un bilan sanguin, à savoir dosage TSH, T3, T4 pour la thyroïde et une glycémie à jeun, et éventuellement un dosage de l'hémoglobine glycquée et de la fructosamine.

- origine infectieuse : une infection génitale peut fragiliser l'utérus et le col et empêcher un bon déroulement d'une grossesse. le risque est faible mais il est necessaire d'éliminer toutes les étiologies possibles. on recherchera notamment une infection à chlamydiae (qui entraîne entre autre des synéchies).

- origine hématologique : certaines pathologies ne favoriseraient pas une bonne placentation, du fait de la formation de microthrombose. on recherchera notamment : un déficit en protéine c, protéine s, antithrombine III, une mutation du facteur V, la maladie de willebrand,...

- origine environnementale : l'obésité entraine une baisse de la fécondité, mais n'augmente pas forcément celui des fausses couches. en revanche, le tabac est un facteur de risque de FCS.  faire également attention à l'alimentation. certaines carences entraîne des pathologies qui peuvent aboutir à une fausse couche. si on peut éliminer autant que possible ces facteurs, cela serait de meilleur pronostic.

Prise en charge

selon les résultats du bilan biologique

- supplémentation en progestérone (hormone qui a pour but de maintenir une grossesse) : duphastan10, jusqu'à 14 SA, 2cpm/j

- antibiothérapie si recherche d'infection positive

- prise en charge du lupus et du syndrome antiphospholipide si diagnostic confirmé

- si malformation utérine : chirurgie si possible

- améliorer son hygiène de vie autant que possible

si étiologie inconnue 

- aspégic 100mg/ j (peut être commencé avant un grossesse). sur 3-4 mois (arrêt vers 16-20 SA)  

Publié dans obstétrique

Commenter cet article